Review : Murder/GN "Le Havre de Gweneve"

Par Amélie

photo-1

C’est avec la 1ère édition de la murder « Le havre de Gweneve » que j’ai découvert l’univers extraordinaire de Dark Earth, à l’origine jeu de rôle (malheureusement plus édité), qualifié par ses créateurs de jeu « médiéval technologique » et adapté d’un jeu vidéo.

En 2054, de gigantesques astéroïdes se sont écrasés sur Terre, tuant presque la totalité de la population humaine. Les poussières produites par ce cataclysme formèrent un épais nuage noir qui obscurcit complètement le soleil, plongeant la Terre dans une nuit perpétuelle. Les quelques survivants bâtirent des cités (les stallites) sous de rares trouées de lumière, traversant curieusement le Noir-Nuage. Un peu plus de 300 ans après le Grand Cataclysme, la vie sur Sombre-Terre est toujours aussi difficile : la terre est stérile, les animaux sont devenus plus gros et plus violents, il fait constamment froid et la technologie a régressé au stade de l’énergie à vapeur. Seuls les Marcheurs, hommes et femmes courageux ou inconscients, osent braver l’Obscur et ses dangers. Ils sont l’unique lien permettant de relier les stallites entre eux.

photo-2

Après mes participations aux deux première éditions de cette murder en 2012, comme joueuse puis comme PNJ, une longue campagne de jdr échelonnée sur plus d’une année (pour laquelle j’ai pris une cinquantaine de pages de notes manuscrites) et deux voyages au nord de la France pour participer aux incroyables GNs des Marcheurs de l’Avant (assoc’ qui ne fait que des GNs Dark Earth), j’étais bien rodée à cet univers et j’ai été recrutée pour venir renforcer l’équipe orga des 3e et 4e éditions de cette murder, organisées par Damien, Michel, Melody, Nora et Patrick (venu en renfort pour faire peur aux joueurs) de la Confrérie du Kraken, assoc’ nouvellement créée par l’équipe bien connue du Chameau (à une bosse, Machinalis ou Sanglant).

Cette murder est à la base une création de Guliver Ithildin, prévue pour 9 joueurs réunis dans le salon du MJ, et n’a absolument aucun rapport avec l’univers de Dark Earth. Damien et Melody, organisateurs des deux premières éditions, l’ont transposée et repensée pour cet univers. Nous avons ensuite ajouté 3 nouveaux persos et revu une partie du scénar’ pour les 3e et 4e éditions, qui ont eu lieu les 18 et 19 novembre derniers à l’abri PC de Romainmôtier. Au final, nous avons obtenu un huis clos à suspense, avec quelques épisodes horrifiques, sorte d’hybride mi-murder mi-GN. Murder de par sa durée (environ 5 heures de jeu), sa thématique principale (qui a tué la personne retrouvée dans le réfectoire ?) et son système centralisé de fouille et de recherche d’indices ; GN de par son aire de jeu plus étendue que le salon initialement prévu (un abri PC pas mal grand avec une petite zone de jeu à l’extérieur, pour que les joueurs puissent sortir explorer l’Obscur et affronter ses dangers), ses PNJs (pour faire monter l’adrénaline et permettre aux joueurs d’avoir quelqu’un sur qui taper) et sa scénographie (surtout les installations électriques mises au point par Michel).

photo-3

Mon bilan, en tant qu’orga, pour ces 3e et 4e éditions, est extrêmement positif. Les nuits (parfois blanches) et les week-ends passés à écrire, relire et corriger BGs, livrets de jeu et indices ont porté leurs fruits. Nous avons eu la chance d’avoir un bon équilibre entre nouveaux joueurs et GNistes plus expérimentés pour les deux sessions, qui m’ont beaucoup impressionnée par leur role-play parfois très virulent et agressif et parfois très touchant et chargé d’émotions. Faire deux sessions à un jour d’intervalle n’a finalement pas été trop éprouvant, la première session ayant permis d’apprivoiser les lieux, le déroulement événementiel et la gestion du jeu et la seconde de corriger quelques bugs. Et voir les mêmes persos interprétés par deux joueurs différents deux soirs de suite étaient franchement très chouette.

Je remercie encore très sincèrement Pascal et Gil, venus jouer lors de la session du vendredi 18 novembre, et j’espère que d’autres Hydreuses et Hydreux auront envie de venir explorer l’Obscur lors des prochaines éditions du « havre de Gweneve ».